C'est le plus grand cauchemar de tout consommateur de drogue : un bad trip. Lorsque vous prenez votre psychédélique, vous avez les nerfs à vif et vous vous demandez si tout va bien se terminer. C’est très commun quand on utilise des psychédéliques pour la première fois. Dans votre esprit, vous savez que cela a mal tourné pour certaines personnes. Toutefois, ne vous laissez pas abuser par les récits de personnes qui ont fait un bad trip, car il y a de fortes chances qu'elles n’aient pas tout fait correctement. Vous souhaitez prévenir un bad trip ? Savoir ce que vous devez et ne devez pas faire avec les psychédéliques commence par une bonne préparation.

Qu'est-ce qu'un bad trip ?

Éviter un bad trip est vite dit. Mais qu'est-ce qu'un bad trip, exactement ? Un bad trip est une mauvaise expérience des drogues (psychédéliques). Les drogues qui provoquent un trip avec un fort changement de pensée et/ou des hallucinations sont appelées psychédéliques. Un bad trip se caractérise par des hallucinations, des visions, des pensées ou des schémas de pensée qui sont négatifs, effrayants ou destructeurs. L'idée est que la spirale négative des pensées est sans fin et qu'il n'y a aucune perspective d'amélioration.

Qu'est-ce qu'un bad trip n'est pas ?

Le fait que les choses se passent mal sous l'effet de la drogue ou de bader peut aller au-delà des seuls psychédéliques. En principe, un joint peut aussi donner un bad trip. Mais comme l'excès de cannabis ne vous fait pas triper, on ne peut pas parler de bad trip avec d'autres drogues que les psychédéliques. Nous gardons la discussion sur et la définition de la notion de trip pour un autre article.

Un vrai bad trip a d'ailleurs une fin. Les histoires indiennes sur le fait de « rester coincé » dans son trip ne sont pas vraies pour les personnes en bonne santé. Seules les personnes qui ont des antécédents de troubles psychologiques ou dont c'est le cas dans la famille peuvent subir des dommages mentaux permanents après une mauvaise expérience avec les psychédéliques. Ces gens ne voient pas la différence entre les visions du trip et la réalité.

Bien qu'avec un cerveau en bonne santé, vous n'ayez pas à craindre des troubles psychologiques permanents après une soirée de trip, un bad trip n'est certainement pas une expérience agréable. C'est pourquoi vous trouverez comment les éviter dans la suite de cet article.

Une bonne préparation

Tout dépend d'une bonne préparation. Votre préparation n'est pas bonne ? Vous courez alors le risque que les choses tournent mal.

Savoir ce que vous prenez

Le plus important est que vous sachiez ce que vous prenez. Bien que nous ne vendions que des smartdrugs légaux, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas ressentir des effets très forts avec nos produits à trip naturels. Pourtant, en termes de préparation, il existe des similitudes avec les drogues psychédéliques qui ne sont pas disponibles dans le commerce. Le LSD, le DMT et le 2C-B par exemple. Après tout, il y en a beaucoup à vendre dans la rue. Si vous achetez vos drogues à un dealeur, assurez-vous d'acheter auprès de quelqu'un que vous connaissez et en qui vous avez confiance. N'achetez jamais de drogue à quelqu'un que vous ne connaissez pas, car si vous ne savez pas ce qu'elle contient, le risque de faire un bad trip est beaucoup plus grand. Faites tester gratuitement votre drogue dans une pharmacie ou faites-le vous-même avec un test pour drogues.

Alcool, nourriture et boissons

Cependant, la préparation ne consiste pas seulement à prendre connaissance de la liste des ingrédients. L'achat de vos smartdrugs est la première étape. Mais il est tout aussi important de faire des réserves de nourriture et de boissons. Pendant la consommation de drogues, il est important de continuer à boire correctement. Et nous ne parlons pas de l'alcool. L'alcool ajoute un grand facteur d'imprévisibilité à votre trip. Cela augmente les risques de bad trip et la gueule de bois ou le coup de blues du mardi est généralement beaucoup plus sévère.

Il est important que vous ayez l'estomac vide au début du trip. Nous vous conseillons de ne pas manger ni boire pendant au moins deux heures avant de prendre les drogues. De préférence même 3 heures. Cela donnera à votre estomac et à vos intestins le repos dont ils ont besoin pour absorber les drogues. Dans le cas des champignons et des truffes hallucinogènes, il arrive même qu'un estomac plein entraîne une diminution de l'effet. La psilocybine est très sensible à la dégradation par l'acide gastrique et avec un ventre plein, vous avez plus d'acide gastrique que si vous commencez le trip avec rien dans le ventre.

Alors quand pouvez-vous manger et boire et quoi ? Boire de l'eau est toujours une bonne idée. C’est par exemple également vrai pour faire disparaître le mauvais goût qui reste sur le palais après une bouchée de truffes amères. Mais ne mangez surtout rien si vous voulez que les effets progressent, selon notre calculateur de truffes et champignons

Le cannabis et les psychédéliques sont souvent comparés. Mais c'est comme comparer le café et l’ecstasy. Les effets sont complètement différents. Pourtant, les gens pensent que, tout comme lorsque l’on prend une grosse bouffée d’un vaporisateur, on obtient également une forte envie de manger avec des drogues à trip comme les champignons hallucinogènes, l’ayahuasca, les graines de LSA ou le peyotl. Pendant un trip, l'appétit est souvent limité. En fait, la plupart des drogues à trip provoquent une sensation de nausée. C'est en partie parce que les psychédéliques classiques perturbent notre équilibre et notre digestion. En résumé, il ne sert donc à rien de prendre beaucoup de nourriture. Les fruits et les bonbons sucrés (par exemple les Dextro) sont utiles si quelqu'un ne se sent pas bien pendant le trip, tandis que les glaces vous feront plaisir s’il fait chaud. Bien qu’on ne mange pas beaucoup pendant un trip, il est agréable de pouvoir manger après. Surtout si vous êtes sous LSD ou mescaline. Un tel trip peut durer jusqu’à 12 heures. Vous aurez souvent faim après. Un repas léger ou normal quelques heures après le trip est suffisant.

Tripsitter

Seuls les psychonautes expérimentés tripent seuls. Lorsque vous prenez des psychédéliques pour la première fois ou même pour la deuxième ou troisième fois, il est littéralement vital d’avoir un copilote sobre. Un tel tripsitter ne se contente pas de répondre à vos besoins essentiels pendant le trip, comme aller aux toilettes ou boire un verre d'eau, mais vous dirige également vers le repos et la sécurité lorsque les choses ne se déroulent pas comme prévu. Un « tripsitter » peut utiliser les bons mots pour éviter un bad trip, mais aussi pour vous sortir d'une mauvaise expérience. Les meilleurs tripsitters ont :

  • De la patience. Un trip peut durer jusqu'à 14 heures avec certaines drogues. Si vous vous ennuyez en tant que tripsitter pendant une telle période et que vous commencez à agir bizarrement avec celui qui est en train de triper, cette fonction n'est pas faite pour vous. Un tripsitter ne connaît pas la panique.
  • Le meilleur pour vous. L'objectif du tripsitter est de faire en sorte que la personne qui tripe ressorte mieux à la fin du trip qu’au début. Les tripsitters sont souvent un conjoint, un meilleur ami ou un guide spirituel.
  • De préférence, une certaine expérience, mais au moins beaucoup de connaissances. Savoir ce que la drogue fait à quelqu'un, combien de temps elle dure et ce qu'il faut faire et ne pas faire lors d’un trip sont des informations extrêmement précieuses.
  • Pas une seule gorgée. Et pas de drogue. Les tripsitters sont sobres et peuvent agir lorsque les choses tournent mal. Ils savent quand il faut calmer quelqu'un et quand il est temps d'appeler l'ambulance.

Vous êtes plus nombreux ? Assurez-vous à tout moment d'être avec des personnes que vous connaissez et en qui vous avez confiance. Donc de préférence quelqu'un qui est complètement sobre. On ne considère bien sûr pas qu’un bad trip arrive à chaque fois, mais il y a toujours quelqu'un qui peut vous aider si cela arrive.

Set et Setting

En bref, il est très important de disposer d'un bon set et setting pour éviter un bad trip. Le set est l'état dans lequel se trouve une personne. Le dosage et le set sont inextricablement liés l'un à l'autre. Ainsi, la constitution physique, l'humeur, la santé, la condition, l'âge, l'expérience et la tolérance sont autant d'éléments à prendre en compte pour déterminer la dose. En tant que tripsitter, vous essayez de vous entraider. Vous remarquez que la personne qui tripe ne se sent pas bien ou n'est pas bien reposée ? Puis conseillez-lui de ne pas consommer de drogues. Il en va de même pour les utilisateurs potentiels qui sont déprimés, stressés ou en mauvaise santé. Les consommateurs de drogues qui sont optimistes, heureux et en bonne santé ont beaucoup moins de chances de faire un bad trip.

Outre le set d'une personne, l'environnement joue également un rôle important lors d’un trip. C'est ce qu'on appelle le setting. L’environnement a une forte influence sur le trip d'une personne. Certains utilisateurs se sentent plus à l'aise dans un environnement calme et familier, comme un salon douillet à la maison, tandis que d'autres préfèrent triper dans la nature.

Le set et setting peuvent être détaillés beaucoup plus profondément que nous ne le faisons ici. C'est pourquoi nous avons rédigé un article complet à leur sujet. Ce que vous y apprenez est d'une grande importance pour une expérience agréable et pour éviter un bad trip.

Cela a souvent à voir avec la drogue à trip que vous utilisez. Lorsque vous utilisez des truffes ou des champignons hallucinogènes vous préférez probablement triper dans un environnement sûr et calme. Si vous n'avez aucune expérience avec les psychédéliques, vous ne devez absolument pas en consommer lors de fêtes ou de festivals. Et même si vous avez de l'expérience, les psychédéliques ne sont pas des substances appropriées pour ces occasions. Les drogues de fête et les cachets donnant de l’énergie sont plus adaptés aux fêtes et aux festivals. Ces comprimés ou capsules vous donnent de l'énergie et un état d’esprit positif.

Attention au dosage

Une cause fréquente d'un bad trip est une overdose. C'est pourquoi vous devez toujours faire attention au dosage des smartdrugs que vous prenez. Les psychédéliques peuvent vous faire perdre le contrôle si vous en prenez une forte dose. Ne le faites pas si vous ne vous sentez pas à l'aise avec. Concernant nos produits, nous recommandons toujours un certain dosage dans les informations sur le produit, alors assurez-vous de les lire également. Il est préférable de prendre un peu trop que beaucoup trop. Vous pouvez toujours en prendre un peu plus lors d'une autre session, afin de trouver la limite où vous pouvez éprouver les plaisirs, mais pas les fardeaux d'un bad trip. La prudence est surtout de mise avec des produits comme la Salvia Divinorum et l’ayahuasca et la DMT Ces produits sont connus pour leurs effets puissants et un dosage trop élevé peut causer des problèmes. Ceci est particulièrement vrai pour les drogues du circuit illégal. Qu'il soit bien clair : nous ne recommandons pas du tout les substances illégales, mais si vous voulez quand même en prendre, nous vous conseillons de les faire tester par un service de spécialisé, ou au moins d’utiliser un kit de test comme celui-ci et de faire très attention au dosage !

Que faire en cas de bad trip ?

Si vous ou l'un de vos amis fait un bad trip, ne paniquez pas et restez calme. Prenez de la nourriture et des boissons, de préférence quelque chose avec du sucre. Un coca, un Mars ou un Snickers peuvent aider énormément. En attendant, allez dans un endroit calme où vous pouvez vous asseoir et vous détendre. Laissez le trip vous envahir et attendez de vous sentir mieux à nouveau. Si vous ne pouvez pas effectuer ces étapes vous-même, demandez l'aide d'un ami. Mais il est naturel et logique que vous vous entraidiez entre bons amis.

La dernière chose à faire est de résister à ce qui vous arrive pendant un trip. Cela augmentera votre niveau de stress et votre résistance au trip. Si vous avez des pensées, des hallucinations ou des idées qui vous confrontent, vous font peur ou vous effraient, sachez que c'est temporaire. Chaque trip disparaît de lui-même. Il en va de même pour les mauvaises expériences. Parfois, vous ne pouvez pas vous en rendre compte vous-même pendant un trip, car vous êtes complètement impliqué dedans. C'est pourquoi un « tripsitter » est si important. Le tripsitter est là pour vous aider si vous ne parvenez pas à faire la distinction entre les images ou les hallucinations et la réalité. N'y pensez donc pas à la légère et faites en sorte d’avoir un tripsitter sobre. Cela peut éviter beaucoup de problèmes.

Petit résumé point par point...

Nous résumons brièvement les facteurs les plus importants dont vous devez tenir compte pour éviter un bad trip.

  • Buvez continuellement (de l'eau) pendant le trip.
  • Soyez conscient et bien informé des drogues que vous prenez.
  • Ne tripez pas seul, mais avec une personne de confiance.
  • Tenez compte du set et setting dans lequel vous tripez.
  • Ne dépassez jamais la dose recommandée.
  • Ne paniquez pas et restez calme.

Gardez cette liste dans votre tête avant de commencer à tripper. Avant tout, nous vous souhaitons un bon et agréable trip. Et n'oubliez pas : les risques de bad trip sont très faibles si vous utilisez les psychédéliques de manière responsable !