Le DMT est aussi appelé « molécule spirituelle ». Outre le fait que cette drogue dure psychédélique n'est disponible sous sa forme pure que dans le circuit illégal, on la trouve aussi dans diverses écorces d'arbres, feuilles et herbes. Mais le DMT peut aussi se trouver dans notre propre corps. On a longtemps pensé que cela ne pouvait pas être vrai. Outre les preuves scientifiques que nous avons maintenant, nous avons aussi des raisons de croire que plus de DMT est libéré lorsqu’on meurt qu'on ne le pensait auparavant.


Dans cet article:

  1. Qu'est-ce que le DMT ?
  2. Pourquoi le DMT est interdit
  3. Le trip au DMT
  4. Différences et similitudes avec le LSD et les champignons hallucinogènes
  5. Le DMT dans la nature
  6. Qu’en est-il du DMT dans notre propre corps ?
  7. Nos herbes contenant du DMT
  8. Comment faire de l’Ayahuasca ?
  9. Différents types de DMT
  10. L’avenir du DMT

Qu'est-ce que le DMT ?

Le DMT est une substance psychédélique qui se trouve dans la nature et qui peut être fabriquée en laboratoire. Quand on parle de DMT, on parle de la substance N,N-Diméthyltryptamine. Il est important de le mentionner, car l'abréviation est présente dans un plus grand nombre de substances. Nous vous donnerons plus d'informations à ce sujet plus tard. Le DMT en tant que drogue est fumé sous forme de cristaux concentrés, ou est réduit en poudre pour être sniffé. Le DMT est également le principal ingrédient de l’ayahuasca

Ce qu’il faut savoir sur ce psychédélique, c'est qu'il n'est pas actif lorsqu’il est consommé par voie orale. Cela signifie que vous pouvez manger du DMT sans qu'il ne provoque d'hallucinations. Cela est dû au fait que certains enzymes du foie décomposent la substance très rapidement [1]. Ces enzymes sont appelées Mono Amine Oxidase, ou MAO. Si vous prenez du DMT avec une substance qui inhibe ces enzymes, le DMT devient tout aussi actif que, par exemple, les champignons hallucinogènes ou le LSD. Les substances qui y contribuent sont appelées inhibiteurs de MAO (MAOi) ou MAO-inhibitors.

Dans cet article, nous ne vous en dirons pas seulement plus sur les drogues à base de DMT, mais aussi sur le rôle possible du DMT dans notre corps. Vous avez bien lu : cette puissante substance hallucinogène est produite par notre propre corps !

Pourquoi le DMT est interdit

Le DMT est considéré comme une drogue dure dans de nombreux pays. La substance psychédélique figure sur la liste 1 de la loi régissant les drogues aux Pays-Bas, aux côtés de la cocaïne, de l'héroïne et du LSD. La comparaison avec le LSD est pertinente, mais celle avec les deux autres drogues ne l'est pas. Le DMT ne crée par exemple pas de dépendance physique et n'est pas nocif pour l'organisme [2]. Des études sur le LSD, la mescaline et la psilocybine contenue dans les champignons et truffes hallucinogènes ont trouvé des conclusions similaires. Pour autant que l'on sache, ces psychédéliques n'ont pas de propriétés de dépendance.

Nous devons néanmoins faire attention : aucune drogue ne peut être qualifiée de « non toxicomanogène ». Si vous utilisez le DMT ou d'autres psychédéliques pour échapper à la réalité, il se peut que vous soyez enclin à l'utiliser plus souvent. Il est également très imprudent de vous auto-médicamenter avec des hallucinogènes si vous ou votre famille avez des antécédents de troubles psychologiques. Vous devez également savoir quelles ont les combinaisons de drogues dont il faut se méfier. Le lithium, le tramadol, la cocaïne et la ritalin sont extrêmement dangereux lorsqu’ils sont combinés avec le DMT pour diverses raisons [3].

Bien que le DMT soit fréquemment utilisé dans les pays d'Amérique du Sud comme sacrement dans les cérémonies religieuses, c’est probablement parce qu’il vous fait sortir de la réalité pendant un certain temps qu’il est interdit en Occident. Participation à la société est alors plus difficile. Nous allons maintenant aborder la durée et les effets d'un tel trip.


Le trip au DMT

Le DMT, comme d'autres psychédéliques, inhibe les fonctions du default mode network et du cortex préfrontal. Ce « filtre cérébral » est normalement chargé d'analyser et de juger le monde extérieur. Si vous abaissez son niveau de filtration, vous n’arrivez plus à distinguer ce qui est réel de ce qui est imaginaire. L'activité cérébrale totale augmente, et cela permet de détourner les pensées répétitives. C'est pourquoi les psychédéliques ont un potentiel médicinal en cas d'expériences traumatisantes, d'addictions et de dépression [4]. Le déroulement d'un trip au DMT peut se faire de deux façons : rapide et intense en le fumant pur ou graduel et durable en le buvant en ayahuasca.

Boire de l'Ayahuasca

Vous commencerez à ressentir une faiblesse dans les jambes, de la fatigue et des nausées 20 à 60 minutes après l'ingestion. Boire de l'ayahuasca donne souvent des vomissements et parfois de la diarrhée. Peu de temps après, vous vous trouverez dans une montagne russe émotionnelle d'effets visuels. Des motifs apparaissent sur les murs, les sols et les plafonds. Les yeux fermés, ces motifs deviennent souvent tridimensionnels. Selon le dosage, vous pouvez avoir de véritables hallucinations, dans lesquelles vous pouvez interagir avec des parents décédés, des extraterrestres et des créatures comme des elfes-machines ou des gnomes. Vous pouvez percevoir des mondes et des dimensions complètement nouveaux et le temps ne semble pas exister. Vous pouvez goûter les couleurs et voir les sons : il s’agit d’un phénomène appelé synesthésie. Vous pouvez également avoir la sensation de sortir de votre corps. Dans les cas les plus extrêmes, votre ego peut mourir et vous ne faites plus qu'un avec l'univers. Un trip à l'ayahuasca dure généralement entre 5 et 10 heures. 

» En savoir plus sur l’Ayahuasca.

Fumer du DMT pur

Fumer du DMT se fait avec une pipe à DMT. Ce n'est pas vraiment facile. Pour commencer, il faut passer par le circuit illégal pour obtenir la substance, ce qui est déjà dangereux en soi. Le DMT est très concentré, et peser le bon dosage peut donc se révéler être assez difficile. De plus, fumer du DMT est difficile, car la fumée a un mauvais goût chimique et qu’il faut la en prendre une longue bouffée. Vous devez ensuite retenir votre souffle et laisser la fumée faire son travail.

Phase 1 : La montée

Un trip au DMT commence souvent par un fort sentiment de rupture avec la réalité. La perception de la couleur et la netteté augmentent en très peu de temps. Viennent ensuite les motifs géométriques qui remplissent votre environnement en un rien de temps. C'est comme si vous étiez dans un kaléidoscope : vous ne voyez que des motifs partout. Vous pouvez également entendre des sifflements, des grincements ou des cris. On a alors l'impression de traverser une sorte de voile ou de membrane, comme si on vous tirait dessus avec un canon.


Phase 2 : La salle d'attente

Vous venez de ressentir la montée ? Vous vous retrouvez alors maintenant dans « la salle d'attente ». Vous avez l'impression de voyager dans l'espace à la vitesse de distorsion de Star Trek. Mais au lieu de voir des étoiles passer, les utilisateurs voient souvent un tunnel dont les formes et les motifs changent rapidement. Cela ressemble un peu à un écran de chargement pour la prochaine étape.

Phase 3 : L'autre côté

Après la salle d'attente, on a l'impression d'arriver dans une autre dimension. D'étranges entités s’y promènent et volent dans un paysage totalement méconnaissable. Beaucoup éprouvent ici un sentiment transcendantal de perfection et d'unité avec l'univers.

Phase 4 : La descente

C'est comme si une force invisible vous ramenait à la réalité. L'autre dimension s'efface et les motifs géométriques diminuent lentement jusqu'à ce que vous ne voyiez plus que l'environnement d'où vous êtes parti.

Un trip au DMT dure généralement environ 20 minutes. Il se peut que vous ressentiez des effets psychotropes pendant une heure après.

DMT contre Ayahuasca

Fumer du DMT permet de passer les enzymes qui décomposent normalement la substance et l'effet se produit beaucoup plus rapidement. Le trip commence directement après l'inhalation ou au plus tard dans les 40 secondes qui suivent. Les effets sont presque identiques à ceux de l'ayahuasca. La puissance du trip dépend dans une large mesure de la dose et du « set » et du « setting ». Contrairement à l'ayahuasca, le DMT pur donne rarement la nausée. La durée du trip est également beaucoup plus courte. Vous serez généralement revenu à la réalité au bout de 20 minutes [5]. Vous pourriez en théorie en prendre et retourner travailler juste après. Mais tout n'est pas si simple, car les images que vous pouvez voir et les leçons que vous pouvez retirer du DMT peuvent être très marquantes. C’est pour cette raison que le DMT, l'ayahuasca et d'autres psychédéliques ont tous besoin d'une période d'intégration. Il s’agit d’un moment où vous prenez le temps de vous occuper de ce que vous avez vécu pendant le trip. L'intégration est très importante, tant dans le cadre cérémoniel que clinique.

Différences et similitudes avec le LSD et les champignons hallucinogènes

Il existe de nombreux forums Internet où les gens partagent leurs expériences. Si vous examinez ces expériences objectivement, vous verrez que les similitudes entre tous les psychédéliques classiques sont énormes. Un trip au DMT ou à l'ayahuasca est très similaire à une expérience avec des champignons hallucinogènes, du LSD ou encore des cactus tels que le peyote et le san pedro. Ils perturbent tous vos sens, provoquent des hallucinations et ont des qualités spirituelles.


Outre le fait que le DMT en lui-même n'est pas actif lorsqu’il est pris oralement ce qui n’est pas le cas des autres psychédéliques, la différence réside dans la durée du trip et dans l'expérience subjective. Une théorie est que votre perception au cours d’un trip est principalement contrôlée par le « setting ». Il va sans dire qu’un trip dans la jungle sud-américaine ne sera pas pareil qu’un trip sur votre canapé.

Le DMT dans la nature

Le DMT a été synthétisé pour la première fois en 1931 par le chimiste allemand Richard Helmuth Fredrick Manske [6]. En 1946, un alcaloïde a également été identifié dans l'écorce de la plante jurema preta (Mimosa tenuiflora). Cette substance a été nommée nigerina par son inventeur brésilien Oswaldo Gonçalves de Lima et présentait de nombreuses similitudes avec le DMT [7]. Cela a été confirmé en 1959 par un couple de chimistes américains : le DMT existe aussi dans la nature [8] !

Et pas qu’un peu. Depuis sa première découverte, le DMT a été retrouvé dans au moins 50 espèces de plantes qui font partie de 10 familles de plantes différentes. Le DMT est également présent dans au moins quatre espèces animales. Les recherches les plus surprenantes montrent que le DMT est également produit par le corps humain [9]. 


Qu’en est-il du DMT dans notre propre corps ?

Il est difficile de mesurer le DMT dans le corps. C’est pourquoi on se penche plutôt sur deux enzymes qui produisent ensemble du DMT. L'INMT et l'AADC fabriquent conjointement le DMT [9]. On pense que le DMT se trouve non seulement à de nombreux endroits dans le corps, mais qu'il peut aussi s'accumuler [10]. Il a par exemple été démontré que l'on peut trouver du DMT dans :

  • Les poumons
  • Les glandes surrénales
  • La glande pinéale (une minuscule partir du cerveau)
  • L’urine (jusqu'à 19 nanogrammes par millilitre)
  • Le sang (jusqu'à 55 nanogrammes par millilitre)
  • Le liquide céphalorachidien (jusqu'à 100 nanogrammes par millilitre)

Cependant, les effets du DMT dans notre corps ne sont pas tout à fait clairs ni suffisamment étudiés. Le Dr Rick Strassman a avancé dans son livre controversé DMT : The Spirit Molecule que la glande pinéale produit de grandes quantités de DMT au moment de la naissance et au cours de la mort. Le DMT expliquerait donc les effets mystiques que les gens observent lors d'expériences de mort imminente. Cependant, David E. Nichols a déclaré en 2018 que la quantité de DMT sécrétée par la glande pinéale est trop faible pour pouvoir tripper [11]. 


En 2019, une nouvelle étude a été publiée sur la production de DMT dans le cerveau des rats, qui sont des animaux physiologiquement très semblables aux humains. Dans cette étude, les scientifiques dirigés par le Dr. Jon Dean montrent trois résultats remarquables :

  1. La concentration de DMT dans le cerveau est plus élevée qu'on ne le pensait auparavant, comparable à la quantité normale de sérotonine*.
  2. Les deux enzymes qui produisent le DMT se trouvent toutes deux dans la même cellule nerveuse. Cela signifie que c'est la dernière étape pour pouvoir affirmer avec certitude que le DMT est produit dans le cerveau.
  3. Chez les rats en arrêt cardiaque, jusqu'à 600 % deDMT supplémentaire est soudainement détecté dans les parties visuelles du cerveau.

*la sérotonine est un neurotransmetteur qui joue entre autres un rôle dans notre humeur, nos émotions, notre locomotion et notre digestion.

Nos herbes contenant du DMT

Différentes herbes contenant du DMT sont disponibles. Ces herbes contiennent un pourcentage naturellement élevé de DMT et peuvent être légalement commandées aux Pays-Bas :

Comment faire de l’Ayahuasca ?

L'ayahuasca est une boisson à base de plantes qui contient du DMT et de parties de plantes naturellement riches en inhibiteurs de MAO. La Chacruna et le Caapi sont souvent les principaux ingrédients de l’ayahuasca. La loi néerlandaise interdit de faire de l'ayahuasca soi-même. Et nous ne sommes pas autorisés à vous dire quelles sont les proportions correctes pour en faire, bien que vous puissiez trouver ces informations sur le web. Faites attention à ce que vous trouvez sur Internet. L'opinion de quelqu'un n'est pas nécessairement la vérité.

Différents types de DMT

On trouve différents types de DMT dans la nature. Voici un bref aperçu des effets allégués et des sources de ces substances.

N,N-DMT

Le N,N-Diméthyltryptamine est la variété la plus courante. On la trouve dans l'écorce de certains acacias comme l’Acacia confusa, le Diplopterys cabrerana (Chaliponga) et dans la Psychotria viridis (Chacruna). C’est souvent à cette substance qu’on fait référence lorsqu’on parle de DMT. C'est également la substance que l'on trouve dans notre corps.

5-MeO-DMT

Si N, N-DMT vous montre un arc-en-ciel de couleurs, alors 5-MeO vous montre une lumière blanche pure. Cette comparaison est souvent faite sur les forums Internet, car vous semblez parfois être dans une pièce à la lumière blanche pure. Par conséquent, le 5-MeO peut causer de l'anxiété si vous êtes habitué au N,N-DMT, au LSD ou à la psilocybine. Le nom complet de la substance est le 5-méthoxy-DMT et il est présent dans les plantes, mais aussi sur la peau du crapaud Bufo alvarius [12]. Il sécrète cette substance par les glandes de la peau du crapaud. Donc, avec des «crapauds léchants», vous allez trébucher sur 5-MeO-DMT. La virola rouge, l'alpiste et le haricot velours (mucuna pruriens) contiennent du 5-MeO-DMT en plus du N,N-DMT.


Bufo alvarius - Foto: I Wildfeuer, CC BY-SA 3.0

Bufoténine (5-HO-DMT)

Souvent confondu avec le 5-MeO-DMT. La bufoténine est l'une des premières tryptamines à être isolée par les chimistes. Les graines de cebil ou vilca (Anadenanthera colubrina) et yopo (Anadenanthera peregrina) contiennent entre autres de la bufoténine [13]. Malheureusement, nous ne pouvons pas vous dire grand-chose sur les différences avec le célèbre DMT. Il y a même des opinions que la bufoténine n'est même pas psychédélique. Le scientifique Jonathan Ott pense autrement. Il s'est pris comme sujet de test pour ses années d'expériences. Il a pris les graines moulues de la famille Anadenanthera par voie orale, nasale et même rectale ... Il s'avère qu'il existe en effet des similitudes avec le 5-Meo et le N,N-DMT.

Psilocybine (4-PO-DMT)

C'est la substance qui donne leurs effets psychédéliques aux champignons et aux truffes hallucinogènes. La psilocybine a reçu un nom différent, mais cette substance est très similaire au N,N-DMT, tant par son action que par sa structure moléculaire.

Changa

« Changa » est un nom collectif pour les herbes fumables qui contiennent à la fois du DMT et un inhibiteur de MAO. Cela prolonge la durée du trip au DMT. Le Changa ou Xanga est en fait de l'ayahuasca fumable.

L’avenir du DMT

En résumé, la recherche sur le DMT n'en est en fait qu'à ses débuts. Le rôle du DMT naturel dans le corps humain n'est pas bien compris. Cette zone contient une foule d'informations sur le fonctionnement du cerveau humain, la perception de la réalité et ce qui arrive à notre perception lorsque nous mourons. Il y a également des indications que certains exercices de respiration, tels que la méthode Wim Hof et la respiration holotropique, peuvent libérer du DMT. Comme de plus en plus de recherches sont menées sur les psychédéliques à des fins médicales, il est peut-être encore plus important d'explorer les avantages que peut apporter cette molécule spirituelle sans que nous ayons à prendre des drogues. Nous terminerons cet article par un documentaire qui a été diffusé sur YouTube pendant que nous écrivions cet article :

Sources:

  • [1] McKenna DJ, Towers GHN, Abbott F. Monoamine oxidase inhibitors in South American hallucinogenic plants: Tryptamine and B-carboline constituents of ayahuasca. Journal of Ethnopharmacology. >1984;10:195-223. doi:10.1016/0378-8741(84)90003-5
  • [2] Strassman, R. J.; Qualls, C. R.; Uhlenhuth, E. H.; Kellner, R. (1994). "Dose-response study of N,N-dimethyltryptamine in humans. II. Subjective effects and preliminary results of a new rating scale" (PDF). Archives of General Psychiatry. 51 (2): 98–108. doi:10.1001/archpsyc.1994.03950020022002. eISSN 1538-3636. ISSN 2168-622X. PMID 8297217
  • [3] PsychonautWiki; Tripsit DMT combineren
  • [4] Center for Psychedelic & Consciousness Research 
  • [5] Bigwood J.; Ott J. (1977). "DMT: the fifteen minute trip". Head. 2 (4): 56–61. Archived from the original on January 27, 2006. Retrieved November 28, 2010.
  • [6] Manske R. H. F. (1931). "A synthesis of the methyltryptamines and some derivatives". Canadian Journal of Research. 5 (5): 592–600. doi:10.1139/cjr31-097. ISSN 0366-6581.
  • [7] Ott, Jonathan (1996). Pharmacotheon: Entheogenic Drugs, Their Plant Sources and History (2nd, densified ed.). Kennewick, WA: Natural Products. ISBN 978-0-9614234-9-0.
  • [8] Pachter I. J.; Zacharias D. E.; Ribeiro O. (1959). "Indole alkaloids of Acer saccharinum (the silver maple), Dictyoloma incanescens, Piptadenia colubrina, and Mimosa hostilis". The Journal of Organic Chemistry. 24 (9): 1285–87. doi:10.1021/jo01091a032. eISSN 1520-6904. ISSN 0022-3263.
  • [9] Theresa M. Carbonaro and Michael B. Gatch (2016) Neuropharmacology of N,N-Dimethyltryptamine. doi: 10.1016/j.brainresbull.2016.04.016
  • [10] Frecska E, Szabo A, Winkelman MJ, Luna LE, McKenna DJ. A possible sigma-1 receptor mediated role of dimethyltryptamine in tissue protection, regeneration, and immunity. J Neural Transm. 2013;120:1295–1303. 
  • [11] Nichols, David E. (2018). "N,N-dimethyltryptamine and the pineal gland: Separating fact from myth". Journal of Psychopharmacology. doi:10.1177/0269881117736919. eISSN 1461-7285. ISSN 0269-8811. OCLC 19962867. PMID 29095071.
  • [12] Morris, H. "The Psychedelic Toad". Hamilton's Pharmacopeia. 28 nov. 2017.ViceTV.
  • [13] Morris, H. "Bufotenine: In Search of Hataj". Hamilton's Pharmacopeia. 1 feb. 2021. ViceTV.
  • [14] Jellinek "Wat is DMT?" apr. 2020 jellinek.nl/vraag-antwoord/wat-is-dmt