Saviez-vous que nous produisons chaque jour dans notre corps des substances qui ressemblent beaucoup à des drogues de toutes sortes ? Ces neurotransmetteurs remplissent des fonctions importantes, mais la dopamine, la sérotonine et les endorphines peuvent également nous procurer toutes sortes de sensations que les drogues les plus puissantes imitent également. Comment cela fonctionne-t-il ? Quels sont les effets des drogues sur votre corps ? Dans cet article, nous nous penchons sur les effets de différents types de drogues comme l’ecstasy, le THC et le PCP et nous examinons les similitudes entre les drogues et les neurotransmetteurs.

Dans cet article :

  1. Que sont les neurotransmetteurs ?
  2. Que font les neurotransmetteurs ?
  3. Pharmacodynamique - Comment les drogues agissent-elles ?
  4. Dopamine, sérotonine et drogues - Comment fonctionne votre corps ?
  5. Les types de drogues et leur mode d'action
  6. Conclusion : les neurotransmetteurs sont les drogues naturelles

Que sont les neurotransmetteurs ?

Les neurotransmetteurs sont des substances de signalisation qui transmettent des informations chimiques dans le cerveau et dans le corps. Ces substances nous font réagir à des impulsions provenant de l'extérieur des sens ou de l'intérieur du système nerveux. 

Les neurotransmetteurs : des drogues avec lesquelles nous sommes tous nés ?

Ces substances de signalisation étant très proches des drogues, il nous semble important de leur consacrer un article. Ils peuvent avoir une fonction stimulante comme le glutamate, mais aussi une fonction inhibitrice comme le GABA.

Que font les neurotransmetteurs ?

Votre corps contient toute une série de neurotransmetteurs. Pour vous faciliter la tâche, nous avons créé un aide-mémoirepour un certain nombre d’entre eux. Cet aide-mémoire est loin d'être complet, car on pourrait écrire un livre entier pour chaque substance. Voyons les effets que ces substances ont sur votre cerveau et vos sentiments.

Dopamine - La dopamine est souvent désignée comme la substance de la récompense, mais ce n'est pas tout à fait exact. Le rôle de la dopamine dans votre cerveau inclut la poursuite de choses que nous n'avons pas. La dopamine est naturellement stimulée lorsque l'on attend avec impatience quelque chose ou que l'on travaille sur quelque chose qui a un but. Des niveaux élevés de dopamine entraînent un comportement agile, impulsif et consomptif. De faibles niveaux peuvent notamment provoquer l'indécision, la léthargie et la dépression.

Sérotonine - La sérotonine vous rend heureux ou satisfait dans l’immédiat concernant l’instant présent. Un niveau élevé de sérotonine procure un sentiment de satisfaction et supprime la peur, l'agressivité et la tristesse. Une carence en sérotonine provoque toutes sortes de malaises émotionnels et peut être à l'origine de certaines dépressions.

Norépinéphrine - Également appelée noradrénaline, il rend le corps et l'esprit prêts à l'action. Lorsque vous avez beaucoup de noradrénaline dans votre cerveau, vous êtes alerte, excité et votre mémoire fonctionne mieux. Vous vous sentez également agité et stressé. Cette substance est à son niveau le plus bas lorsque vous êtes endormi et augmente lorsque vous êtes éveillé.

Mélatonine - La mélatonine signale qu'il est temps de s'endormir et votre cerveau ne la produit que lorsqu'il fait suffisamment sombre.

Anandamide - La substance à l'origine de la sensation de bonheur ressentie par les athlètes après de longues périodes d'exercice. Il provoque le « runner's high » (high du coureur).

GABA - L'acide gamma-aminobutyrique inhibe l'action d'autres neurones dans le cerveau. Une quantité insuffisante de GABA peut entraîner l'anxiété, l'insomnie, l'irritabilité et, dans les cas extrêmes, des crises d'épilepsie. Une grande partie de cette substance a un effet calmant.

Glutamate - Les cellules nerveuses utilisent le glutamate pour transmettre des signaux aux autres cellules du corps. L'équilibre du glutamate dans le cerveau est important, car une quantité trop importante ou trop faible de cette substance dans le cerveau peut causer des dommages. Il a l'effet stimulant le plus fort sur le système nerveux central.

Endorphines – Il s’agit d’un groupe de neurotransmetteurs ayant des propriétés analgésiques. Ils sont libérés lors d'un effort physique, de la douleur, de l'amour, de l'orgasme et même lorsque l’on mange de la nourriture épicée. Un excès d'endorphines vous donne un sentiment d'euphorie et de relaxation totale. Un manque d'endorphines vous rend sensible à l'inconfort et vous fait fuir les risques.


 Les opiacés tels que l'héroïne et la morphine peuvent être extraits du bulbe du Papaver Somniferum, une espèce spéciale de pavot. Les opiacés se lient aux récepteurs opioïdes et bloquent la douleur, mais procurent également une sensation de bonheur grâce aux endorphines.

Acétylcholine - Si la noradrénaline vous met dans un état de vigilance, l'acétylcholine agit comme une torche dans le noir en ce qui concerne la capacité d'attention. Il concentre votre attention sur les choses qui sont essentielles à ce moment-là. Lorsque la concentration de ces deux substances est élevée, vous entrez dans un état qui vous permet d’apprendre avec une concentration maximale. Un tel état ne dure souvent pas très longtemps. Un déficit en acétylcholine entraîne une forme grave de faiblesse musculaire.

Histamine - L'histamine régule, entre autres, les processus de sommeil et d'éveil. Il vous rend également vigilant dans les situations non familières. Un excès d'histamine peut troubler votre esprit, ce qui rend difficile la concentration et la rétention d'informations. Une réduction de l'histamine a des effets sédatifs et anesthésiques.

Taurine - Sur le papier, la taurine n'est pas (réellement) un neurotransmetteur, mais elle possède toutes les propriétés des neurotransmetteurs ci-dessus. La taurine joue un rôle inhibiteur de l'anxiété dans le cerveau et, comme le GABA, réduit l'activité d'autres cellules.


 
Le chocolat contient une forme de caféine et libère des quantités supplémentaires d'anandamide, de sérotonine, de dopamine et d'endorphines dans votre corps. Le chocolat noir est une drogue dure !

Comment les drogues agissent-elles ?

Nous en sommes conscients. Ce blog contient de nombreux mots que vous n'avez peut-être jamais entendus ou lus auparavant. C'est principalement pour cela que nous essayons de ne pas rendre les choses trop difficiles. La pharmacodynamique est l'étude du fonctionnement des drogues. Pourquoi aimez-vous soudainement tout le monde lorsque vous prenez de l’ecstasy et pourquoi un joint vous rend-il si détendu et heureux ? 

Ce n'est pas un hasard si, en anglais américain, la traduction de « Medicines » et « Drugs » est la même. La différence entre les deux est souvent indiquée avec l’ajout du mot illegal. Donc, en Amérique, les drugs sont à la fois des médicaments et des produits récréatifs. En effet, de nombreux médicaments ont un effet similaire à celui des drogues. Il y a une grande différence : l'objectif d'un médicament est de faire en sorte qu'il soit le plus efficace possible pour ce qu'il est censé faire et de maintenir les effets secondaires aussi bas que possible.


 
Les neurotransmetteurs sont ces points rouges qui sont échangés entre les deux cellules nerveuses bleues.

Dopamine, sérotonine et drogues - Comment fonctionne votre corps ?

L’Alcool et les drogues nous font ressentir certaines choses parce qu'elles interfèrent avec les neurotransmetteurs ou les récepteurs sur lesquels elles se fixent. Les drogues peuvent, par exemple :

  • Imiter des neurotransmetteurs,
  • Aider à créer ou réduire les neurotransmetteurs supplémentaires,
  • Les faire reposer plus ou moins longtemps sur le récepteur,
  • Faire en sorte que les neurotransmetteurs fonctionnent mieux ou moins bien,
  • Avoir un effet opposé d’un neurotransmetteur particulier.

Les substances psychédéliques comme le LSD, le DMT et les champignons et truffes hallucinogènes imitent la sérotonine. Ils s'adaptent exactement sur le récepteur (5-HT2A) où se trouve normalement la sérotonine. Le THC fait de même pour le récepteur (CB1) où réside normalement l'anandamide.

La vigne ayahuasca banisteriopsiscaapi et les plantes comme la rue syrienne contiennent des niveaux élevés d'inhibiteurs naturels de la MAO. Ces substances font durer les neurotransmetteurs, car la substance MAO (monoamine oxydase) nettoie normalement le récepteur. Cela empêche la sérotonine (et donc le DMT) d'être rapidement éliminée. La vigne rend le DMT actif par voie orale. En d'autres termes : Le DMT seul ne fonctionne pas si vous le prenez par voie orale. Les inhibiteurs de MAO dans la vigne d'ayahuasca assurent que le DMT ait un effet. Comme le DMT reste dans le corps pendant une longue période en raison des inhibiteurs de MAO, un trip d'ayahuasca dure longtemps lui aussi.

La MDMA, la substance active de l'ecstasy, augmente temporairement la production de sérotonine et inhibe sa réabsorption. Une quantité importante de sérotonine pénètre dans votre cerveau et vos sens sont ainsi mis en éveil, votre humeur est élevée et vos désirs sexuels augmentent. Mais la MDMA fait encore plus. Elle inhibe également la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine. Cela vous permet de vous sentir alerte, frais et heureux.

Agonistes et antagonistes

Lorsqu'on parle de neurotransmetteurs et de drogues, il faut également parler d'agonistes et d'antagonistes. Les drogues ayant un effet agoniste, renforcent l'effet, par exemple, des neurotransmetteurs. Un bon exemple en est la nicotine, qui se situe sur le récepteur de l'acétylcholine. Cela vous permet de mieux vous concentrer et de vous sentir plus vif. Un agoniste peut être considéré comme du WD-40 ou de l'huile pénétrante pour le trou de serrure dans lequel la bonne clé s'adapte encore mieux. Les antagonistes ont l'effet inverse : ils bloquent la fonction normale du récepteur. Imaginez que vous tournez la clé dans la serrure et que vous la coupez au-delà de la poignée. Il devient alors très difficile d'ouvrir la porte.

Un antagoniste très connu est la caféine. Elle bloque l'absorption de la substance adénosine au niveau du récepteur du même nom. L'adénosine est produite tant que nous sommes éveillés. Elle donne entre autres la sensation de fatigue et donc le signal qu'il est temps de dormir. Mais l'effet est temporaire. L'adénosine n'est pas éliminée tant que le récepteur est bloqué. Le résultat ? Après une énième tasse de café, la fatigue revient de plus belle !

Les types de drogues et leur mode d'action

Nous vous proposons un joli tableau pour vous permettre de voir rapidement les effets de chaque type de drogue. Nous nous limiterons à nouveau à certains des effets mentaux les plus couramment rapportés.

Drogue

Mécanisme

Effet

THC (Cannabis)

Agoniste des récepteurs cannabinoïdes.

Pensées inhabituelles, joie, euphorie, faim, calme. 

Alcool

Ouvre les canaux potassiques BK, ferme les canaux potassiques SK, la dopamine est libérée. Agoniste du GABA, antagoniste du glutamate.

Suppression des inhibitions, relaxation, ralentissement du fonctionnement du cerveau, détérioration de la mémoire, on se trouve plus courageux.

Caféine (café, thé, chocolat, guarana, etc.) 

Antagoniste de l'adénosine, inhibe les enzymes PDE.

Augmentation de la vigilance, moins de somnolence, plus d'énergie, moins de faim, insomnie.

Psychédéliques : Tryptamines (comme les champignons et truffes hallucinogènes, le DMT, la Bufotenine et le 5-MeO-DMT).

Phényléthylamines (Mescaline du Peyotl et du San Pedro, 2C-B, DOI/DOM, PMA, 4-MTA).

Agoniste partiel de la sérotonine.

Sensation de tout percevoir pour la première fois, inspiration, confusion, adoration, pensées rapides et désorganisées, transe, idées folles, perception plus colorée et détaillée, hallucinations.

Ergolines (psychédéliques tels que LSD, LSA et Ergine)

Agoniste partiel de la sérotonine, agoniste de la dopamine, agoniste de la norépinéphrine.

Idem que ci-dessus, plus des effets dépendants de la dose.

Salvinorine A (Salvia)

Agoniste sélectif des kappa opioïdes.

Hallucinations convaincantes, réduction de la douleur, distorsions visuelles, visions.

Nicotine (tabac)

Agoniste de l'acétylcholine.

À la fois relaxation et stimulation, sentiment de récompense, coupe-faim, stress en cas de manque.

Cocaïne

Inhibe la recapture de la sérotonine, de la dopamine et de la norépinéphrine.

Euphorie, énergie, concentration accrue, moindre besoin de sommeil. Réduit l'appétit.

Amphétamines (Adderall, Speed, Ritalin, etc.)

Inhibe le recaptage et augmente la libération de la sérotonine, de la dopamine et de la norépinéphrine.

Euphorie, énergie, concentration accrue, moindre besoin de sommeil. Réduit l'appétit.

MDMA (Ecstasy)

Similaire aux amphétamines, mais augmente la libération de sérotonine de manière beaucoup plus forte.

Forte euphorie, pensées profondes, lien plus fort avec les autres, émotions amplifiées, comme si l'on percevait les choses pour la première fois, inspiration, satisfaction.

Morphine, Héroïne, Oxycodone, Codéine, Opium, Méthadone, Fentanyl

Active tous les récepteurs opioïdes et inhibe la libération de norépinéphrine.

Euphorie, calme, somnolence, relaxation, réduction de la douleur.

PCP, Kétamine et Dextrométhorphane

Antagoniste du glutamate.

Réduit le lien perçu entre le soi et le corps / le soi et la réalité. Réduit le stimulus de la douleur et les effets paralysants. Des hallucinations convaincantes.

Muscimol (agaric tue-mouches)

Agoniste du GABA.

Des hallucinations vagues, des vertiges et des pensées folles.

GHB

Agoniste du GABA, inhibe la production de GABA.

Un mélange étrange d'effets stimulants et relaxants. Euphorie, énergie supplémentaire, somnolence, calme. 

4-FA / 4-FMP

Crée de la dopamine, de la sérotonine et de la norépinéphrine supplémentaires. C'est aussi un inhibiteur de la recapture de tous ces neurotransmetteurs.

Légère euphorie, fort sentiment d'appartenance à l'endroit où l'on se trouve, expérience intense de la musique et du toucher, fort besoin de contact et d'intimité, confusion et anxiété, difficultés à dormir, endurance accrue, vertiges.

Avertissement : nous ne recommandons pas l'utilisation de drogues (illégales). Ce tableau est destiné à fournir des informations et à clarifier les différences entre les types de drogues.

Conclusion : les neurotransmetteurs sont des drogues naturelles

Ce cocktail de substances que votre corps est capable de produire vous maintient en vie, vous rend heureux et vous garde en bonne santé. Lorsque l'équilibre des neurotransmetteurs est perturbé, par exemple par la consommation de drogues, le corps et l'esprit fonctionnent plus ou moins bien durant un court laps de temps. Ces effets sont parfois souhaitables, mais pas toujours. Une bière est par exemple assez agréable, mais il faut prendre au sérieux les effets négatifs de l'alcool après en avoir bu un une dizaine. Un manque de sérotonine après un week-end passé à faire la fête vous fera également vous sentir mal. Ce sentiment est également connu sous le nom de « Tuesday dip » (coup de blues du mardi). Vous voulez savoir pourquoi ? Lisez ce blog.

Cet article vous en a appris plus sur la façon dont les drogues jouent avec les neurotransmetteurs naturels. Vous vous sentez par conséquent temporairement différent lorsque vous êtes sous influence. Mais ces dommages doivent parfois être réparés. De même que boire trop de café peut vous donner des troubles du sommeil, trop d'ecstasy peut aussi provoquer une forte baisse de régime ou une dépression. Les dommages peuvent parfois aussi être permanents. Nous savons que l'alcool cause des dommages au foie et que le tabac cause de graves dommages aux poumons. Certaines drogues rendent la vie si agréable pendant un certain temps que vous en voulez toujours plus. Une telle dépendance psychologique n'est pas amusante du tout, car vous vous habituez au coup de fouet que vous donnent les substances externes. L'idée est que vous vous sentiez bien et à l'aise sans toutes ces substances. C'est finalement ce que font les neurotransmetteurs. Ce n’est pas le cas et vous en avez besoin durant une longue période ? Tirez alors la sonnette d'alarme auprès de votre médecin traitant, de votre famille ou dans une clinique. Parce que la dépendance n'est pas un plaisir. Soyez honnête avec vous-même.