Le Botrytis cinerea est plus connu sous le nom de « pourriture des bourgeons », et est le cauchemar de tout cultivateur. La pourriture grise apparaît principalement à la fin de la phase de floraison. Il peut réduire à néant votre récolte au tout dernier moment après beaucoup de temps et d'efforts. Identifier et combattre rapidement la pourriture des bourgeons est une compétence qui peut éviter bien des désagréments. Vous pouvez lire ici comment vous débarrasser de ce champignon qui sévit sur les plantes de cannabis et obtenir des conseils sur la façon de prévenir la pourriture des bourgeons des cannabis.

In dit artikel:

Qu’est-ce que la pourriture des bourgeons ? | Botrytis cinerea

Le Botrytis cinerea est un parasite nécrotrophe dont les noms sont très variés. En France, le botrytis se manifeste sous forme de pourriture des fruits ou de moisissure grise. À l'échelle internationale, ce phénomène est connu sous le nom de pourriture « brunch » ou de grey mold. Dans le monde du cannabis, nous connaissons ce champignon sous le nom de pourriture desbourgeons. C'est le cauchemar de tout cultivateur de cannabis.

Il n’y a pas que les cultivateurs de cannabis qui ont une peur bleue du Botrytis cinerea. En viticulture, il est même considéré comme l'un des plus grands dangers. Cette pourriture grise est donc la plus courante dans les raisins de cuve. Un vin de sucré est même fabriqué à partir de raisins infectés. Outre le raisin, le Botrytis choisit également comme hôtes les tomates, les fraises, les choux-fleurs et de nombreuses autres espèces végétales. Cette maudite moisissure a donc déjà ruiné bien des récoltes.

Le Botrytis cinerea se propage par le biais du vent ou de l'eau. Les spores du champignon peuvent atteindre d'autres plantes par le vent et se propager par de petites blessures. Il se développe et se sent plus à l'aise sur des cultures humides. Il faut donc éviter à tout prix que les bourgeons de cannabis soient mouillés ainsi que les petites blessures. Gardez vos plantes au sec et ne les abîmez pas !

Reconnaître la pourriture des bourgeons

Comment reconnaître le méchant Botrytis cinerea ou la pourriture des bourgeons ? Tout d'abord, vous devez savoir que la pourriture des bourgeons se produit principalement avec une forte humidité et des cultures humides. Si vous transposez cela à la culture du cannabis, vous remarquez que c’est pendant la phase de floraison de vos plantes que vous rencontrerez ce problème le plus souvent. Surtout si vous cultivez du cannabis en extérieur, c’est dans les dernières semaines de la floraison que vous risquez de le rencontrer. La plupart des variétés de cannabis à photopériode commencent à fleurir à la fin du mois d'août. L'automne commence à la fin du mois de septembre, ce qui est synonyme d’une forte humidité. En outre, des bourgeons pousseront sur votre plante de cannabis à partir de la fin septembre. Il y a risque de pourriture des bourgeons si les bourgeons restent humides pendant une longue période et/ou si l'humidité est constamment trop élevée.

Vous savez maintenant quand vous attendre à ce champignon tenace. Mais à quoi ressemble-t-il ? Vous devez savoir que la pourriture des bourgeons se développe de l'intérieur. Il est donc difficile de le reconnaître, car vous n'allez pas inspecter chaque bourgeon de l'intérieur à chaque fois. On reconnaît le pourrissement des bourgeons à la peluche blanche. C'est le premier stade de cette moisissure. Vous ne le remarquez pas et laissez la pourriture supérieure suivre son cours ? Si vous attendez plus longtemps, vous pourrez le reconnaître aux taches brun foncé qui dessèchent vos bourgeons de l'intérieur. L'étape finale est celle de la pellicule de moisissure grise. Si vous venez tout juste de découvrir que vous bourgeons présentent de la pourriture, il y a de fortes chances que d'autres parties de la plante aient également été infectées et que vous ayez un problème. C’est de là que vient le nom de « grey mold ».

En d'autres termes : vous remarquez des peluches blanches, des taches marron foncé ou de la moisissure grise sur vos bourgeons lors de la phase de floraison de votre plante de cannabis ? Il s’agit de la pourriture des bourgeons. Ça sent le roussi !

La pourriture des bourgeons se reconnaît à cette peluche.

Prévenir la pourriture des bourgeons : 6 conseils

Avant de vous expliquer comment lutter contre le pourrissement des bourgeons, nous voulons vous donner quelques conseils sur la façon de tenir à distance ce vilain champignon dangereux pour vos plantes de cannabis. Vous pouvez difficilement lutter contre la pourriture des bourgeons. Une fois la plante infectée, vous ne pouvez plus rien faire. Mais nous en reparlerons plus tard. Lisez attentivement ces conseils. Si vous êtes actuellement confronté à la pourriture des bourgeons, il vous faudra l'éviter à tout prix lors de votre prochaine culture.

1. Assurer la santé des plantes de cannabis

Cela s'applique bien sûr à tous les problèmes liés aux plantes de cannabis. Vos plantes sont plus sensibles aux maladies si elles ne sont pas en bonne santé ou ont un problème. Une plante de cannabis saine commence par une une bonne connaissance des bases de la culture du cannabis. Vous devez de plus faire en sorte qu’elles ne souffrent pas de déficits ou d’excédents durant toute la durée de la culture. Il existe également d’autres champignons, maladies et parasites qui s’attaquent au cannabis. Ceux-ci diminuent très rapidement la capacité de votre plante de cannabis à se défendre, donnant ainsi une chance à la pourriture des bourgeons. La santé avant tout !

Comme vous venez de le lire, les petites coupures dans vos plants de cannabis ou les dommages aux bourgeons sont propices à la pourriture des bourgeons de cannabis. C'est par ces coupures que les spores de la moisissure grise se propagent le plus rapidement. Prévenez les blessures en taillant vos plantes ou en appliquant des techniques de culture. Lorsque vous utilisez par exemple un fil de tuteur, choisissez un fil souple. Cela n'endommagera pas votre plante.

2. Veillez à ce que l'air circule toujours suffisamment pour que les bourgeons puissent sécher correctement. 

La pourriture des bourgeons se produit lorsque ces derniers sont mouillés. Essayez donc des garder au sec en fabriquant un toit pour vos plantes de cannabis en extérieur. Vous pouvez également secouer vos plantes après une grosse pluie. Il est bien sûr impossible d’empêcher à 100 % que vos plants de cannabis soient mouillés. Sachez également qu'ils ont besoin d'air frais pour pouvoir sécher. Et il n'y a pas d'air frais sans circulation d'air. Vos plantes et vos bourgeons mettent donc plus de temps à sécher sans circulation d'air.

Veiller à la circulation de l'air est particulièrement important lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur. Un ventilateur est alors nécessaire. Si vous cultivez en plein air, il est préférable de placer les plantes dans un endroit exposé au vent. Cela fait plusieurs jours qu’il n'y a pratiquement pas de vent et l'humidité est élevée ? Vous pouvez alors envisager de prévoir une circulation d'air supplémentaire. Achetez deux grands ventilateurs et assurez-vous d'avoir de l'air frais. Veillez à ne pas placer le ventilateur directement en direction des plantes. Elles n'aiment pas ça. 

Une bonne ventilation garantit que vos bourgeons sèchent mieux, que l'humidité reste faible et que la circulation de l'air est suffisante. 

3. Réduire l'humidité

C'est particulièrement vrai pour la culture en intérieur. Lorsque vos plantes se trouvent dans un espace de culture intérieur pendant la phase de floraison, vous avez intérêt à réduire l'humidité. Il n'y a pas grand-chose à faire à l'extérieur, mais ce n’est pas le cas de l'intérieur. Une ventilation suffisante permet de réduire l'humidité. Un ventilateur et des trous en bas et en haut de votre espace de culture sont souhaitables. En outre, vous pouvez évacuer l'excès d'eau de nutrition qui se retrouve par exemple dans la soucoupe sous le pot pour maintenir l'humidité à un niveau bas. Des mesures drastiques telles que des déshumidificateurs peuvent être nécessaires lorsque le taux d'humidité est extrêmement élevé. 

À propos, vous pouvez facilement mesurer l'humidité avec un hygromètre ou un humidimètre. L'humidité idéale de l'air pendant la phase de floraison se situe entre 30 et 55 %. Dans la seconde moitié de la phase de floraison, il faut idéalement qu’elle soit un peu plus bas que dans la première moitié. Voici un aperçu de l'humidité de l'air souhaitée pour chaque phase de la culture. 

  • 60 % à 70 % pour les semis
  • 45 % à 70 % pendant la phase de croissance (essayez de réduire lentement)
  • 40 % à 55 % pendant les premières semaines de la phase de floraison
  • 30 % à 55 % pendant les dernières semaines de la phase de floraison
  • 50 % pendant le séchage du cannabis
  • 62 % pendant l’affinage du cannabis
  • 55 % - 62 % pendant le stockage du cannabis

Outre la prévention de la pourriture des bourgeons, une humidité plus faible est également bénéfique pour l'odeur et le goût de votre cannabis. Avec une humidité moindre, certaines substances du cannabis ont plus de chances de « mûrir ». Il est donc toujours judicieux de contrôler l'humidité.

4. Choisissez une variété résistante aux champignons avec une période de floraison courte ou une plante à autofloraison

Particulièrement utile pour les cannabis d'extérieur. La pourriture des bourgeons est plus fréquente pendant la dernière phase de croissance. Les plantes de cannabis ne commencent généralement à fleurir qu'à la fin du mois d'août en raison de la différence d'heures de lumière. Ainsi les dernières semaines de la phase de floraison ont lieu à l'automne. Vos plantes seront mouillées plus souvent et l'humidité est élevée. La pourriture des bourgeons de cannabis est en vue. Il existe également des variétés à photopériode normale qui fleurissent plus tôt. Cela est lié à la génétique. Ces souches sont hypersensibles à la lumière et peuvent donc commencer à fleurir dès le mois de juillet, ce qui signifie qu'elles sont prêtes en août ou septembre. Vous pouvez également trouver diverses souches résistantes aux moisissures dans notre boutique de graines. Par exemple la White Choco Autoflower d’Amsterdam Genetics, la Hollands Hope de Dutch Passion et la Wedding Cake de notre marque de distributeur

Il existe plusieurs façons de faire en sorte que vous ne deviez pas consacrer autant de temps à la culture en automne. Vous pouvez par exemple choisir une variété à floraison rapide. Ces souches ont une période de floraison de moins de 7 semaines. Vous serez ainsi prêt début octobre et vous passerez moins de temps à cultiver pendant l'automne humide. Vous pouvez également choisir deux plantes à autofloraison. Si vous commencez tôt dans la saison et cultivez deux plantes à autofloraison, vous pouvez récolter avant que la météo ne devienne vraiment mauvaise. Lisez-en plus sur les plantes à autofloraison.

5. Raccourcir la période de floraison à l'extérieur : déplacer dans un milieu plus sombre à l'intérieur dans les dernières semaines

Vous pouvez éviter la pourriture des bourgeons en choisissant une variété adaptée. Mais vous pouvez aussi choisir de raccourcir la période de floraison en extérieur. C’est en principe possible en cultivant deux plantes à autofloraison par saison, comme décrit ci-dessus. Deux autres options sont de placer vos plantes dans un environnement plus sombre ou de passer à la culture en intérieur pendant les dernières semaines.

Vous pouvez placer les plantes de cannabis dans un endroit plus sombre. En faisant cela, vous les obligez à fleurir plus tôt. C'est beaucoup de travail, mais cela en vaut la peine si vous voulez éviter la pourriture des bourgeons. Ce principe consiste à faire en sorte que vos plantes ne reçoivent pas plus de 12 heures de lumière par jour. Normalement, cela ne se produit pas avant la fin du mois d'août, lorsque le soleil commence à se coucher plus tôt. Si vous imitez ce phénomène en plaçant vos plantes dans l'obscurité pendant 12 heures d'affilée tous les jours en juillet par exemple, elles auront le sentiment qu'elles doivent commencer à fleurir. La phase de floraison commence donc plus tôt. Cela leur permet de profiter du soleil plus longtemps en août, lorsque vous arrêtez de les placer dans un milieu plus sombre car les nuits sont suffisamment longues. Les bourgeons seront plus gros, plus sains et ils ne se retrouveront pas dans l’humidité de l’automne. Lorsque vous utilisez cette technique, il est important que les plantes aient un rythme fixe (les sortir et les rentrer aux mêmes heures) et qu'elles soient complètement dans le noir. Un peu de lumière peut ruiner le processus.

Une autre façon, plus radicale, d'éviter la pourriture des bourgeons est de passer à la culture en intérieur pendant les dernières semaines. Trouvez un espace de culture spacieux et achetez une bonne lampe de culture LED dont le spectre est adapté à la floraison. Lorsque le temps devient vraiment mauvais et que la pourriture des bourgeons est à craindre, déplacez-les à l'intérieur. C'est peut-être un risque et cela ne convient pas à tout le monde, mais cela peut vous éviter bien des misères si vous en avez la possibilité. De plus, vous créez de meilleures conditions qu'à l'extérieur. Veillez à ce que la ventilation et la circulation de l'air soient suffisantes.

Prévenez la pourriture des bourgeons en plaçant vos plants de cannabis à l'intérieur sous une lampe de culture LED pendant les dernières semaines.

6. Utilisez vos yeux

Notre dernier conseil est peut-être le plus important : utilisez vos yeux ! Si vous remarquez que vos plantes sont souvent mouillées et que l'humidité augmente, vous devez inspecter vos plantes tous les jours. Regardez attentivement entre les bourgeons. Si vous trouvez quelque chose qui ressemble à de la pourriture, n'attendez pas un instant de plus. La moisissure des plantes de cannabis se propage très rapidement. Alors combattez-la !

Combattre la pourriture des bourgeons de cannabis

Nous venons déjà de donner un indice. La lutte contre la pourriture des bourgeons est une tâche sans espoir. Une fois que vos plants de cannabis sont infectés par ce champignon, vous ne pouvez plus vous en débarrasser. On peut donc être très bref sur la lutte contre le pourrissement des bourgeons. Si vous le découvrez sur l'une de vos plantes, vous devez isoler cette dernière le plus rapidement possible. Éloignez-la de vos autres plantes avant que les spores ne sautent et ne les infectent. 

Les bourgeons infectés par la pourriture doivent être jetés. Vous ne pouvez pas le rincer ou l'enlever. Pour commencer, cela détruirait vos bourgeons. Deuxièmement, cette pourriture est dangereuse pour la santé. Il est donc préférable de jeter les bourgeons pourris. Si vous voulez être sûr qu'il ne s'étende pas à vos autres plantes, vous avez tout intérêt à récolter immédiatement la plante entière. Jetez les parties moisies, laissez le reste sécher complètement et observez attentivement vos autres plantes pour voir si le Botrytis cinerea ne se développe pas sur elles. En cas de foyer important sur plusieurs plantes, il est préférable de tout récolter. Cela évitera bien des misères.

Fumer des bourgeons pourris n’est pas une bonne idée

La question « Puis-je fumer du cannabis dont les bourgeons ont pourri » est souvent posée sur Internet et à notre service clientèle. Nous pouvons être très clairs à ce sujet. Ne le faites pas ! Fumer des bourgeon pourris est très malsain. Les spores microbiennes de Botrytis cinerea sont mauvaises pour la santé. Ne prenez pas non plus de risque en ne jetant que les parties moisies du bourgeon. Il est parfois difficile de le voir et il se peut qu'il y ait encore de la pourriture à l'intérieur de la plante de cannabis. Vous pouvez tomber très malade si vous en fumez. De plus, fumer des bourgeon pourris a un goût extrêmement mauvais. Alors faites-vous une faveur : jetez vos bourgeons moisis à la poubelle et faites de votre mieux pour éviter la pourriture des bourgeons lors de votre prochaine culture !

Fumer des bourgeons pourris est mauvais pour la santé. Ne le faites pas.

Autres formes de pourriture sur les plantes de cannabis : Mildiou

Il existe un autre type de champignon s’attaquant au cannabis qu’il ne vaut mieux pas rencontrer. Le mildiou est fréquent chez les plantes de cannabis. Il existe deux types d'infections fongiques que l'on appelle moisissures. Le mildiou est également appelé la « maladie blanche ». Vous le reconnaissez à la présence d'une peluche grise sur le dessus de vos feuilles. Le mildiou, également appelé tache foliaire, est plus difficile à reconnaître. Cela commence par un duvet blanc-gris sur la face inférieure de vos feuilles. Il ne se remarque pas aussi rapidement. Les peluches blanches se frayent un chemin dans les feuilles et finissent par provoquer des taches brunes sur le dessus de ces dernières.

Contrairement à la pourriture des bourgeons, cette moisissure est contrôlable. Vous voyez des symptômes de mildiou sur vos plantes ? Alors, prenez des mesures immédiates. Les deux infections fongiques ressemblent à des conditions différentes et peuvent également être combattues différemment. Découvrez comment éliminer ce champignon dans notre blog « Votre cannabis a-t-il de l’oïdium ? luttez contre curativement ! ».

Votre plante de cannabis souffre d’un autre problème ? Jetez alors un coup d'œil à l'article «Problèmes de Feuilles de Plante Cannabis Partie 3 : Maladies mettant la vie de la plante en danger ». Les insectes et les maladies les plus courants y sont traités.