Rire aux éclats, fou rire, mort de rire. Le gaz hilarant est connu comme la drogue par excellence pour des soirées, mais on dit aussi que c’est un produit (très) dangereux. Qui croire ? À quoi faut-il faire attention lorsque vous utilisez ce gaz ? Nous vous donnons les réponses !

Qu’est-ce que c’est le gaz hilarant ?

Commençons par le début ; qu’est-ce que c’est le gaz hilarant ? Le gaz hilarant - ou comme disent les chimistes : protoxyde d’azote (N2O) - est un gaz incolore et sucré. À partir du 18e siècle, ce gaz est utilisé pour anesthésier des patients pour une courte durée. Actuellement ce gaz convient moins aux opérations mais est plus utilisé pour son effet euphorisant, comme drogue pendant des fêtes.

Le gaz hilarant

Surtout des jeunes sont des adeptes de ce gaz. À l’aide d’un siphon à chantilly (cylindre) ou un cracker  le gaz est injecté dans des ballons et ensuite on utilise le ballon pour inhaler le gaz. L’effet ? Des effets psychédéliques de courte durée comme des déformations visuelles et auditives, des fous rires et un sentiment de chaleur, de joie et de high.

La grande question : est-ce que le gaz hilarant est dangereux ?

Début 2018, Trimbos Instituut a publié une étude sur les risques et les (éventuelles) conséquences nocives du gaz hilarant. 115 000 participants de 50 pays ont participé à cette étude. Le résultat ? À ce jour, Trimbos Instituut ne peut pas démontrer de risques accrus ou des dangers extrêmes suite à l’utilisation du gaz hilarant. Si vous utilisez le gaz normalement et vous ne faites pas de choses extrêmes, il n’y a aucune raison de paniquer.

Normal ? Que’est-ce une utilisation « normale » ?

Que’est-ce une utilisation « normale » du gaz hilarant ? Une question logique. Comme avec d’autres substances prises lors des fêtesc’est la quantité que vous prenez ou la combinaison que vous faites qui est importante. Profitez, mais avec modération ; une règle qui s’applique à tout. N’utilisez donc pas plus qu’une à deux cartouches de gaz hilarant par session et pas trop souvent. Faites également en sorte de prendre des pauses entre deux prises pour inhaler suffisamment d’oxygène. L’étude de Trimbos Instituut démontre que les effets négatifs s’avèrent uniquement si le gaz est utilisé souvent et en grande quantité.

Prêt pour l’expérience ultime avec le gaz hilarant ? Consultez nos produits. Le succès est garanti !  »

rirer

Effets possibles du gaz hilarant : fous rires, déformations visuelles et auditives et un sentiment de chaleur, de joie ou de high.

7 choses à ne jamais faire avec le gaz hilarant

Le gaz hilarant n’est pas dangereux à condition que vous l’utilisez normalement (!). Même si ce gaz est inoffensif, ça ne veut pas dire que vous devez faire n’importe quoi. Il y a quelques règles à respecter. Nous avons donc fait une liste avec les choses qu’il ne faut jamais faire ou combiner avec le gaz hilarant.

1. Mélanger le gaz hilarant avec de l'alcool ou d’autres drogues

Il faut choisir. On ne peut pas avoir les deux. Si vous combinez le gaz hilarant avec de l’alcool ou des drogues (en grande quantité) ça devient très dangereux. L’alcool et beaucoup de drogues ont un effet anesthésiant. Le plus grand risque en prenant le gaz hilarant est un manque d’oxygène. Si vous combinez le gaz hilarant avec des stupéfiants, vous risquez de sérieusement perturber votre respiration.  Les conséquences seront dans ce cas incalculables. Soyez prudent et prenez une seule substance.

2. Utiliser le gaz trop souvent ou en trop grande quantité

On revient sur l’utilisation « normale » du gaz. Normale signifie ici une ou deux cartouches par session. Attention : vous êtes petit ou assez sensible ? Prenez une dose plus petite. Vous pouvez toujours reprendre un peu. Si vous inhalez trop de gaz hilarant de suite, vous risquez de manquer de l’oxygène. Vous ressentirez des fourmillements dans vos pieds et vos mains. Après trop de gaz hilarant, vous pouvez avoir mal à la tête le lendemain.

Si vous utilisez du gaz hilarant de façon structurelle, vous souffrirez d’un manque de vitamine B12. Vous risquez également des troubles neurologiques. Ces troubles sont (partiellement) réversibles mais pourquoi prendre le risque ?

3. Utiliser le gaz hilarant lorsque vous avez un rhume

Vous avez un rhume ? N’utilisez pas de gaz hilarant. Lorsque vous avez un rhume, votre gorge et nez sont remplis de mucus. Ces cavités sont reliées à vos oreilles (trompes d’Eustache). Lorsque vous prenez du gaz hilarant, le gaz dilate dans ces cavités. Le résultat : une pression supplémentaire dans les cavités obstruées vers les oreilles. Vous pouvez avoir une otite ou même endommager votre audition. N’utilisez pas de gaz hilarant lorsque vous avez un rhume.

4. Marcher, faire du vélo ou conduire après avoir pris du gaz hilarant

Si entre deux prises vous n’inhalez pas suffisamment d'air normal, vous risquez un manque d’oxygène dans le cerveau. Vous tomberez dans les pommes. De plus, vous pouvez encore avoir des effets du gaz après le ‘high’. Il n’est pas connu après quel dose ces effets se produisent. Mais il est mieux de ne pas participer à la circulation après une prise de gaz hilarant. Donc pas marcher, faire du vélo ou conduire. Cette règle s’applique pendant et pendant plusieurs heures après plusieurs heures de l’utilisation du gaz. Le risque de tomber ou de se blesser est trop grand.

5. Inhaler le gaz hilarant directement du siphon, du cracker ou de la bouteille de gaz

Ne jamais inhaler le gaz hilarant directement de la bouteille de gaz (cylindre) ou du cracker. Le gaz hilarant est très, très froid. Vos poumons, voies respiratoires, lèvres, nez ou cordes vocales peuvent ainsi geler. Gonflez donc des ballons avec le gaz et ensuite vous inhalez le gaz contenu dans le ballon.

6. Utiliser du gaz hilarant quand vous êtes enceinte

C’est peut-être évident mais il ne faut pas consommer de gaz hilarant quand vous êtes enceinte. Si vous avez un manque d’oxygène après une prise de gaz hilarant, les effets sur le bébé seront néfastes. Il nous semble qu’une future mère n'aime pas prendre ce risque.

7. Jeter des cartouches et des ballons utilisés parterre

Finalement encore une remarque sur l’environnement. Beaucoup de gens utilisent les cartouches et les ballons dehors dans la rue. Pas de souci. Seulement, ils laissent les déchets. Les cartouches et (la plupart) des ballons ne sont pas biodégradables. Si vous jetez vos déchets dans la rue, ils y resteront. Pour toujours. Nous faisons donc appel à tout le monde : jetez vos cartouches et ballons usés dans la poubelle. Un grand merci !

Don’t Worry and Laugh!

Comme l’étude de Trimbos Instituut démontre ; le gaz hilarant est inoffensif si vous l’utilisez normalement. Tenez compte des points ci-dessus. Êtes-vous prêt pour votre expérience de gaz hilarant ? Consultez nos produits. Profitez bien !